Les Embrazzées #1 (2017)

Les Embrazzées sont un tout nouveau festival drômois organisé conjointement par ZAMM et la Bizz’Art, des associations de poids dans l’organisation d’événements festifs dans ce département. Il devait, au départ, se dérouler sur deux journées consécutives les 3 et 4 novembre, mais les aléas des remises de récompenses ont fait que la tête d’affiche du samedi, Bigflo & Oli, n’était plus disponible ce jour-là, ce qui a induit des changements de programmation et, surtout, de date pour cette deuxième soirée qui a été décalée au 18 novembre.

VENDREDI 3 NOVEMBRE

C’est fin octobre, à quelques jours du festival, que j’ai reçu le feu vert pour aller couvrir Les Embrazzées au Palais des Congrès Charles Aznavour, à Montélimar. Le vendredi 3 novembre arrivé, je me suis rendu, le sourire aux lèvres, dans la capitale du nougat. Après être passé à l’accueil pour récupérer mon passe, je me suis rendu dans la salle pour reconnaître les lieux. C’était bien la même salle que celle que j’avais découverte le 29 septembre pour le concert de Massilia Sound System que nous avons relaté précédemment. Paisiblement, un verre à la main, j’attendis alors l’instant fatidique où le responsable des Photographes allait m’ouvrir l’accès à l’espace entre la scène et le public.

C’est alors que les musiciens déjantés du groupe Les Hurlements d’Léo sont montés sur scène pour nous offrir un spectacle détonnant qui a mis une ambiance de feu sur le dancefloor dont on aurait apprécié qu’il fût un peu plus fréquenté.

Après un changement de plateau et une nouvelle boisson bien rafraîchissante, ce fut au tour du grand Monsieur Arno, de nous inviter à partager, l’instant d’un concert, une grande part de son univers. Ce fut un merveilleux moment passé en compagnie d’un brillant artiste.

Ce fut ensuite à un groupe sénégalais dont je n’avais plus entendu parler depuis quelques années de se donner entièrement au public montilien. Touré Kunda, composé, depuis ses origines, des deux frères Ismaël et Sixu Tidiane Touré, a fait un coup d’éclat. C’était encore un bien beau concert.

Enfin, c’est le groupe King Tao Orchestra qui fut chargé de clore cette fantastique soirée avec sa musique enivrante et dynamique à souhait. Ils nous ont offert un set très rythmé durant lequel on ne s’est pas ennuyé une seule seconde. Je ne connaissais pas et ce fut encore une belle découverte pour ce qui me concerne.

SAMEDI 18 NOVEMBRE

Deux semaines et un jour plus loin, au même endroit exactement, le samedi 18 novembre, donc, j’étais de retour à Montélimar pour assister à la deuxième soirée des Embrazzées. Passe pris, je n’avais plus qu’à siroter une boisson fraîche et attendre un peu pour rejoindre la salle.

Ce qui fut fait lors de la montée de LMK sur la scène. Cette artiste a su mettre l’ambiance dans une salle beaucoup mieux remplie que lors de la première soirée. Sa prestation fut de courte durée mais le peu que j’en ai entendu m’avait l’air des plus intéressants. Une artiste à découvrir un peu plus lors d’un prochain concert  Pourquoi pas ?

Après cela, le changement de plateau effectué, je me suis tranquillement attelé à la prise de vue des trois premiers morceaux de la tête d’affiche de la soirée : Bigflo & Oli, récent meilleur groupe de l’année au NRJ Music Awards, qui ont assuré un spectacle sublimissime. Je n’ai malheureusement pas pu assister à la fin de ce concert pour cause d’autre concert en d’autres lieux à couvrir, mais nous en reparlerons plus tard. Ou plus tôt.

Pas de photographies, donc, de la suite de la soirée, mais, prochainement, celles d’une autre soirée !

C’est ainsi que s’est achevée, pour moi, cette première édition des Embrazzées et je souhaite de tout cœur que l’expérience continuera en 2018, avec un chouïa moins d’aléas. C’était vraiment, foi d’habitué des concerts, un chouette événement !

Flattr this!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *